EELVA EELVA
EELVA
Les écologistes au Conseil de Paris

Projet de délibération 2013 DF 76

Amendement pour une meilleure connaissance de l’îlot de chaleur parisien

mercredi 18 décembre 2013

Les collectivités doivent lutter contre le changement climatique, mais doivent aussi se préparer à s’adapter à une modification durable du climat. Parmi les prévisions, une augmentation des températures et des périodes de canicule semble inévitable. Il est possible de réduire l’impact des îlots de chaleur urbains grâce à la végétation. Les élu/es écologistes proposent donc que soit étudié le rôle thermorégulateur des espaces verts et des zones humides à Paris.

L’amendement a été adopté.

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Considérant le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui démontre clairement la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement climatique.

Considérant l’échec de la 19e conférence des Parties sur le changement climatique (COP19) de Varsovie qui s’est soldée par un compromis sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre sans engagements contraignants.

Considérant que la ville de Paris a adopté à l’unanimité son Plan Climat Energie en 2007 pour lutter contre le changement climatique et l’a actualisé en 2012, à nouveau à l’unanimité. Considérant que l’actualisation du Plan climat énergie de Paris prévoit la mise en œuvre d’une stratégie d’adaptation de Paris au changement climatique.

Considérant la mise en évidence, par le Plan Biodiversité de Paris voté à l’unanimité par le Conseil de Paris en 2011, des services éco-systémiques de la végétation et de la nature en ville.

Considérant que les effets du réchauffement climatique peuvent être dramatiques comme en 2003 où la canicule avait entrainé une surmortalité des personnes les plus fragiles (3000 décès supplémentaires à Paris par rapport à la mortalité constatée habituellement).

Considérant que l’un des effets à venir du changement climatique à Paris est l’augmentation significative des périodes caniculaires.

Considérant que les résultats de l’étude Epicéa sur les impacts du changement climatiques à l’échelle de l’agglomération parisienne et celle de l’APUR sur les ilots de chaleur urbains à Paris mettent l’accent sur l’importance des espaces verts et des zones humides dans la ville pour la rafraichir.

Considérant que ces études nécessitent d’être prolongées par des mesures et observations plus précises, qui permettront ensuite d’identifier précisément les actions à mettre en œuvre pour diminuer les effets de l’ilot de chaleur urbain et adapter le territoire parisien au dérèglement climatique.

Considérant le vœu adopté par le Conseil de Paris lors de la séance des 22 et 23 avril 2013 portant sur le lancement d’une étude sur les services écologiques de la petite ceinture, notamment sur son rôle thermorégulateur, étant donné son importance sur le territoire parisien comme espace végétalisé.

Aussi, sur proposition de René Dutrey, Fabienne Giboudeaux, Christophe Najdovski et des élu/es du groupe Europe Ecologie – Les Verts et Apparentés, le Conseil de Paris décide d’amender le budget primitif 2014 comme suit :

  • Le budget de fonctionnement 2014 de la DEVE est abondé de 150 000 euros supplémentaires pour lancer une étude sur le rôle thermorégulateur des espaces verts et des zones humides à Paris.
Top
Recevoir notre newsletter | Nous contacter
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Groupe Europe Ecologie - Les Verts & apparentés - Hôtel de Ville - 9 place de l’Hôtel de Ville - 75196 Paris RP
Crédits photos : Serge Rivret et al.