EELVA EELVA
EELVA
Les écologistes au Conseil de Paris

COMMUNIQUE DU 25 SEPTEMBRE 2012

2018 : Paris prend date pour les Gay Games

mardi 25 septembre 2012

Les écologistes se félicitent de l’adoption en Conseil d’un vœu favorable à l’organisation des Gay Games à Paris en 2018, dont ils étaient à l’initiative. L’événement fait davantage sens qu’une nouvelle course aux JO
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Les 10e Gay Games se tiendront en 2018 sous l’égide de la Federation of Gay Games (FGG). Les Gay Games sont une manifestation sportive et culturelle organisée par et pour les athlètes, artistes, musiciens LGBT. Ils ont été fondés par le décathlonien olympique américain Tom Waddell, médecin de métier, qui avait pour souci de créer une manifestation où tout le monde peut participer, sans discrimination.

Il n’y a pas d’épreuves de qualification pour ces jeux. Toute personne peut participer quel que soit sa capacité, son âge, son orientation sexuelle, son sexe, sa nationalité, ses croyances religieuses et politiques, ses origines ethniques et sa séropositivité ou non. Les athlètes représentent leurs villes et non leurs pays.

Les participants se rassemblent durant une semaine autour d’une trentaine d’épreuves sportives et plusieurs manifestations artistiques (fanfare, chorales, arts plastiques).

La première édition a eu lieu à San Francisco en 1982, la dernière à Cologne en 2010 et la prochaine est prévue à Cleveland en 2014. « Même si cette manifestation remporte un incontestable succès, la dernière édition à Cologne ayant rassemblé près de 12 000 personnes (sportifs et artistes) de 70 pays, l’événement ne nécessite pas des investissements pharaoniques ni de nouvelles infrastructures » souligne Jacques Boutault, maire du IIe arrondissement. Au nom du groupe EELVA, il déposera un vœu au prochain Conseil de Paris pour soutenir la candidature parisienne à l’événement 2018. « L’initiative est conforme à l’esprit de liberté, de tolérance, de respect des différences et de promotion du sport qui anime notre ville et ses habitants » rappelle-t-il.

Les Gay Games de Cologne se sont tenus sur 5 sites existants (dont le stade de Cologne et le campus de l’université notamment) avec un nombre limité de sponsors.

Pour les écologistes, une candidature aux Gay Games ferait davantage sens qu’une nouvelle course aux Jeux Olympiques pour 2024. A Londres, cet été, les dérives habituelles se sont reproduites : dévoiement des valeurs du sport, course au gigantisme, investissements en matière d’infrastructures totalement pharaoniques, omniprésence de l’argent et de la publicité.

Pour rappel, si les JO de Londres ont coûté 11 milliards d’euros (plus de deux fois l’estimation initiale), ceux de Pékin en 2008 ont battu tous les records, coûtant à l’Etat chinois la bagatelle de 36 milliards d’euros.

En pleine crise budgétaire et sociale, pour célébrer l’esprit sportif, mieux vaut parier sur la modération et la tolérance que sur le gigantisme et la compétition exacerbée.

Top
Recevoir notre newsletter | Nous contacter
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Groupe Europe Ecologie - Les Verts & apparentés - Hôtel de Ville - 9 place de l’Hôtel de Ville - 75196 Paris RP
Crédits photos : Serge Rivret et al.